Le potentiel pétrolier du bassin du lac Tanganyika

LE LAC TANGANYIKA

Le Lac Tanganyika a fait l’objet de nombreuses recherches d’hydrocarbures  lancées par plusieurs compagnies, universités et organismes. D’autant que dans certaines parties de son bassin ou dans le lac lui-même, des suintements de pétrole sont visibles et dans la partie congolaise, ceux-ci ont une dimension impresssionante, faisant d’eux les suintements les plus grands au monde. Du côté tanzanien, les recherches sont les plus avancées et laissent entrevoir l’existence de reserves pétrolières importantes. Le Burundi s’est aussi lancé dans cette recherché et a déjà octroyé des licences de prospection, la RDC et la zambie sont un peu en arrière.

Le Bassin du Lac Tanganyika

Le Bassin du Lac Tanganyika

LE POTENTIEL PETROLIER DU BASSIN DE LAC TANGANIKA

Le bassin du lac Tanganika(BLT) fait partie de la branche occidentale du système de rift est-africain dont la formation aurait débuté il y a environ 5 à 6 millions d’années( Le Fournier et al,1986). L’intérêt de ce bassin pour la recherche pétrolière est né il y a une trentaine d’années environs, tout au moins dans la partie burundaise. En effet,les premiers travaux réalisés dans la plaine de la Ruzizi ont été effectués en 1960. Mais c’est au début des années 1980 que l’on constate un regain d’intérêt qui se manifeste par des missions effectuées au Burundi par des experts provenant d’institutions diverses.

Plateforme sur le Tanganyika

Plateforme sur le Tanganyika

  1. Indice d’occurence d’hydrocarbures

Des travaux de recherche ont été menés sur des sites hydrothermaux sous-lacustres et aériens qui se rencotrent le long des côtes burundaises et congolaises. Ces travaux ont été réalisés dans le cadre du projet TANGANYDRO. Pour la partie congolaise, il s’agit des sites sous-lacustres de Cape BANZA, de MBEVI, de LUHANGA et du site aérien de MASHUZI.Ces sites sont liés au système de failles bordières de la presqu’île d’UBWARI et celles d’UVIRA. Dans les fluides hydrothermaux collectés lors des diverses phases de recherche, on note particulièrement la présence de méthane et d’hydrocarbure plus lourds sur les sites de Pemba et Cape Banza avec des concentrations en méthane allant jusqu’à 842ml/l à Cape Banza comme le montre le tableau ci-dessous,  (d’après Vaslet,1987 dans Tanganydro Group,1992)

 Teneur en hydrocarbures gazeux des fluids hydrothermaux de la  partie nord du lac Tanganika

Teneur d'hydrocarbures

Teneur d’hydrocarbures

2. Suintement de pétrole et occurrences de betume

Des indices de pétrole auraient déjà été découvert au siècle dernier. Em effet des fragments d’asphalte associés à des évent hydrothermaux auraient été décrits il y a une centaine d’années environ(Nicolas, 1889 cité par Tiercelin et al,1992). Au cours des divers travaux réalisés dans le cadre des projets Probe, Georift et Amoco dans le BLT, des suintements de pétrole ont été constatés au large de Cape KALAMBA et des briquettes de bitume ont récoltées sur plusieurs plages aussi bien sur la côte congolaise que burundaise.

le Suintement du Pétrole

le Suintement du Pétrole

L’analyse géochimique réalisée sur un échantillon de ce pétrole montre qu’il est léger, d’une maturité normale et qu’il provient d’une source lacustre ou deltaïque d’âge jurassique au crétacé(Lascelle et Pish,1989). Cet âge indique que des sédiments pré-tertiaires existent dans ce bassin jusque-là considéré comme étant exclusivement tertiaire.

  1. Au Stade de l’Exploration.(Upstream)

L’exploration pétrolière offshore implique deux techniques:

  • La Sismique-réflexion
  • Le forage offshore.

L’exploration par sismique consiste à envoyer à partir de la surface de l’eau,une onde accoustique à travers l’épaisseur de l’eau et les différent strates qui consituent la série sédimentaire sous-jacente. L’enregistement et le traitement des ondes réfléchies par les différents miroirs les interfaces entre niveaux stratigraphiques, les traits tectoniques: plis, failles, etc.,permettent de dégager la structure du bassin.

Au niveau du forage, il importe de souligner que le forage offshore exige la mise sur pied de plateformes (spar buoy(Single Point Anchor Reservoir), FPSO(floating, Production, Storage and offloading), TLP(Tensioned leg platform)…). Ces strucures sont d’autant plus important em volume que la profondeur à atteindre est plus grande. Dans le lac Tanganika la seule profondeur de l’eau atteint 1500m comparé à 100m en Mer du Nord. Au stade actuel, une plateforme capable de forer dans le lac n’a même pas encore été conçue.

Types de plate-formes

Types de plate-formes

2. Au stade de l’exploitation.(Upstream e downstream)

Les plateformes d’exploitation.

Bien plus que les plateformes d’exploration qui sont des structures mobiles, les plateformes d’exploitation consituent des menaces à l’environnement mais les nouvelles Technologies conçues par PetroBras et Shell se proposent d’attenuer le degat et proteger les viés des etres sous-marins.

Les pipe-lines.

Ce sont des conduites de tuyauteries de plusieurs centaines de kilomètres posées dans l’eau et dont les défauts d’étanchéité peuvent constituer une menace aux espèces animales vivant à proximité.

pipelines

pipelines

Les problèmes transfrontaliers.

A titre d’illustration : Les suintements de pétrole de Cape Kalamba au Congo qui polluent les eaux territoriales burundaises ou tanzaniennes et le passage obligé d’éventuels pipe-lines du Burundi ou du Congo à travers les eaux tanzaniennes etc. crèent de serieux problèmes entres ces pays frontaliers qui demeurent sans aucune politique d’exploitation régionale de ces resources à fin de promouvoir un commerce régional purement africain. D’où les uniques entreprises qui continuent à exploiter ces resources pendant que les africains discutent sur les limites frontalières ne pas africaines, allez-y comprendre pourquoi l’Afrique ne se dévellope pas…

Le resultat de conflits

Le resultat de conflits

Appui Coppe-UFRJ, Pole Institue, ANP (Agence Nationale du Pétrole)/Brési

The following two tabs change content below.
Aaron Winter
Jeune africain de la République Démocratique du Congo. Ingénieur civil et chercheur en Petrole et gaz à l'Université Fédérale de Rio de Janeiro au Brésil.

3 Des réflexions sur “Le potentiel pétrolier du bassin du lac Tanganyika

  1. Très intéressent cet article !Le grand problème de la non-exploitation de ce pétrole est c’est au niveau des dirigeant africains en général et congolais en particulier qui, jusque là n’ont jamais pris en considération le vrai sens du patriotisme .
    Tout ce qui est comme mémoire des fin d’études universitaires des étudiants est souvent classé , abandonné dans des bibliothèques dans tout le pays ; pourtant ces mémoires regorgent de milliers de pistes de solutions aux problèmes qui se posent dans ce Pays .Les politiques ,bien étant aussi universitaires ,une fois au pouvoir deviennent en quelque sorte comme envoûtés par un esprit d’égoïsme qui les éloigne du vrai patriotisme pour le Développement au vrai sens du mot ,du pays et le continent .Le talent théorique pour permettre l’exploitation rationnelle du pétrole de Tanganyika est là ( dans les écrits ) mais une petite chose qui freine toujours son accomplissement reste bien la volonté politique . Il n y a pas que le pétrole du Tanganyika qui souffre de cette mauvaise fois des dirigeants africains ,la pèche en fait partie .
    Courage à l’auteur ,car un jour l’africain finira par comprendre que le moment de la coopération inter-africaine pour le bien de l’Africain est venue et ce sera le point de départ .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*